Sandra Wassink
Cover Image

Ce week-end, c’est le week-end de Pâques ! C’est le temps fort des ventes de chocolat. Si vous vous rendez au supermarché, vous trouverez en ce moment des œufs en chocolat, des lapins de Pâques et différentes variétés de confiseries. A l'agence, nous avons également un grand panier rempli de délicieux œufs colorés en chocolat !

Et si nous parlons de différents arômes de chocolat, c'est en partie parce que les instruments de mesure entrent en jeu.

L'industrie du chocolat

Nous allons nous pencher sur l’incroyable dynamisme du secteur de la chocolaterie fine et les tendances en matière de chocolat aromatisé. Qui est mieux placé qu’une femme pour en parler ? 75 % des femmes déclarent adorer le chocolat, contre 68 % des hommes.

Le chocolat : un marché mondial en plein essor du haut de ses 100 milliards de dollars, dont le choix de produits se résumait autrefois à trois variétés : chocolat noir, blanc ou au lait. À l’heure actuelle, la créativité en matière de chocolats aromatisés semble inépuisable.

Le chocolat est le cadeau saisonnier par excellence. Nous avons tendance à acheter plus de chocolats pendant les fêtes. La meilleure fête n’est pas la Saint Valentin, comme on pourrait le croire, mais Pâques. Le chocolat est à la fois un petit plaisir et un remède à la déprime, argument de vente qui fait mouche, surtout chez les jeunes adultes. La majorité des amateurs de chocolat, en particulier aux États-Unis, sont friands de produits avec des mélanges, loin des variétés neutres/non aromatisées.

Production du chocolat

Textures et arômes

Le marché mondial de la chocolaterie est le théâtre d’innovations incroyables en matière de goût et de texture. De nouveaux produits créatifs ne cessent de voir le jour, s’attardant davantage sur les arômes et les textures que sur le classique goût sucré. Mais la base de consommateurs reste plutôt traditionnelle, plébiscitant des parfums intemporels comme noisette, caramel, amande et orange.

Les consommateurs plus âgés ont tendance à bouder le chocolat. Ce manque d’intérêt traduit une volonté de manger plus sain. Pour séduire ces consommateurs adultes, les chocolatiers se tournent vers des tactiques comme des parfums alcoolisés et un positionnement haut de gamme avec, par exemple, du chocolat noir au limoncello ou des chocolat à la liqueur.

Système de dosage avec débitmètres Coriolis

Une hygiène de vie saine

C’est surprenant, mais la tendance mondiale envers une hygiène de vie plus saine explique en grande partie la croissance du marché du chocolat, à juste titre. Le chocolat, et surtout le chocolat noir à plus de 85 % de cacao, est excellent pour la santé : parmi ses vertus, il est « riche en fibres, fer, magnésium, cuivre, manganèse et autres minéraux », « source d’antioxydants » et « protège des maladies cardiovasculaires ».

Le fait que les consommateurs connaissent mieux les bienfaits du chocolat noir pur explique pourquoi sa consommation est à la hausse. Avec la montée en popularité du chocolat noir, les ventes d’autres variétés suivent le mouvement. Les consommateurs cherchent d’autres options « saines », comme du chocolat sans sucre, sans gluten, casher ou issu du commerce équitable. Ces qualités éthiques donnent au secteur l’occasion de se diversifier plus que jamais. Pour asseoir l’image saine du chocolat, des ingrédients fonctionnels comme des fibres, des protéines, des micro-nutriments, de l’énergie (extrait de guarana), de l’extrait de thé vert ou des graines de chia entrent de plus en plus souvent dans la composition du chocolat.

Le cacao

L’augmentation de la demande en faveur du chocolat a aussi ses mauvais côtés. Environ trois millions de tonnes de fèves de cacao sont consommées chaque année, dont plus de 70 % proviennent de seulement quatre pays : la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigéria et le Cameroun, tous en Afrique de l’Ouest . Le cacao est une culture fragile et les arbres plantés voilà 25 ans ont atteint leur pic de production ; les terres sur lesquelles ils sont cultivés ont perdu de leur fertilité. Une réhabilitation des terres et des arbres à grande échelle est désormais un passage obligé si l’on veut éviter de voir la production baisser. Le changement climatique fait aussi payer un lourd tribut à ce secteur, avec à la clé un prix élevé des matières premières et une économie instable dans les nations productrices de cacao. Pour éviter toute pénurie, de nombreux chocolatiers de renom ont décidé d’investir en faveur de la réhabilitation des terres et des arbres pour pérenniser la production de cacao, ceci alors que des pays en développement comme la Chine, l’Inde et la Russie s’apprêtent à voir leurs ventes de chocolat augmenter de 30 %.

Les débitmètres massiques et le chocolat

En raison de la croissance effrénée des variantes de chocolat intégrant toujours plus d’arômes et d’ingrédients fonctionnels, les débimètres et les régulateurs de débit massique font leur entrée dans le secteur de la chocolaterie. Grâce à leur précision et leur stabilité, surtout en association avec une pompe, les débitmètres et les régulateurs de débit massique Coriolis sont parfaits pour doser ces additifs.

Les instruments Coriolis de Bronkhorst mesurent le débit massique direct, indépendamment des propriétés des fluides : en d’autres termes, un changement précis est possible en quelques secondes, sans démonter la pompe ni recalibrer l’installation. C’est un atout immense qui permet de gagner du temps, et assouplit énormément le processus.

Grâce aux instruments massiques Coriolis pour le dosage des additifs, bénéficiez de temps d’arrêt plus court entre chaque lot, d’une meilleure traçabilité des ingrédients et de produits plus uniformes et qualitatifs.

Visionnez la vidéo et visitez notre site internet pour avoir plus d'informations sur le dosage précis des additifs en confiserie